Vous vous souvenez sans doute des chansons de votre enfance, de celles qui vous ont permis d’apprendre les noms des saisons ou les lettres de l’alphabet. Votre mémoire a possiblement conservé une partie de ces mots rythmés qui, encore aujourd’hui, risquent de déclencher quelque « ver d’oreille » en vous. Ah! Ces « chansons-velcros » qui restent imprimées dans notre mémoire…

La chanson est, de fait, une précieuse alliée de l’enseignement. Objet et support de culture, elle est aussi un outil d’apprentissage efficace.

Un élément de culture riche et accessible

Le genre de la chanson nous fait penser à sa forme courte, à ses rimes, à ses répétitions… et à son accessibilité. Nous songeons aussi à son registre de langue, généralement proche de celui des élèves, et à son caractère souvent multimodal (texte, son, image). En classe de français ou de musique, elle peut, du fait de ces caractéristiques, représenter une porte d’entrée permettant d’entamer des apprentissages difficiles ou d’aborder des contenus peu attrayants.

Mais attention! Cachée sous cette apparente accessibilité, la chanson est en fait un genre artistique riche qui, sans trop le laisser paraître, mobilise de nombreuses ressources de l’expression écrite et musicale. La chanson peut être exploitée tant pour développer la capacité des élèves à apprécier des œuvres que pour les initier à une variété de procédés (linguistiques, mélodiques, rythmiques, etc.) dans un contexte authentique et stimulant. Elle peut être utilisée tant dans une optique d’interprétation que de création. La chanson est, en fait, un véritable « cheval de Troie didactique », selon l’expression du didacticien français Jean-Louis Dufays*, à condition de la choisir judicieusement…

Quelques ressources pour intégrer la chanson en classe de français, de musique et/ou de danse :

Un véhicule de culture

Si la chanson est elle-même un objet de culture, elle est aussi un véhicule qui transporte, dans son habitacle, de nombreuses références à la culture qui l’a vue naître. Il peut être judicieux d’exploiter cette caractéristique de la chanson dans les cours des domaines de l’univers social ou du développement de la personne, voire dans ceux portant sur l’enseignement des langues secondes. Que les chansons soient issues du passé ou du présent, elles sont un reflet du monde et témoignent de sa diversité. Ainsi, elles décrivent des réalités et des modes de vie, communiquent des préoccupations, permettent de partager des questionnements et révèlent des valeurs et des croyances. Elles sont donc de véritables artéfacts écrits et sonores donnant accès à la mémoire d’une collectivité.

Quelques ressources pour aborder des repères culturels à travers des chansons :
  • La piste d’activité culturelle Actualisons une chanson pour se familiariser avec la culture musicale anglophone du passé;
  • La collection d’enregistrements sonores en ligne de Bibliothèque et Archives nationales du Québec pour accéder à des chansons de la première moitié du 20e siècle;
  • Le projet Wo wo wo! en éthique et culture religieuse pour réfléchir à la notion de consentement.

Une alliée de la mémoire

La plupart des grands récits du monde sont entrés dans la mémoire écrite grâce à la transmission orale. En effet, au temps où l’écriture n’existait pas, les peuples conservaient leurs histoires et leurs idées par une forme de chant (paroles cadencées par un rythme très simple). D’après l’Encyclopædia Universalis, [i]l s’agissait en réalité d’un système mnémotechnique élémentaire qui avait pour fin de favoriser la mémoire orale ». Il est d’ailleurs impressionnant de constater que les longs récits de L’Iliade et de L’Odyssée étaient mémorisés et récités en entier par des artistes appelés « rhapsodes ». Rythmes, rimes et structure en hexamètres, voilà ce qui permettait aux vers homériques de s’accrocher à leur mémoire.

De nos jours, bien que l’écrit soit omniprésent dans nos écoles, il va sans dire que ces pratiques issues de l’Antiquité sont encore bien utiles aux pédagogues. Pourquoi ne pas profiter des atouts de la chanson (et de la comptine) pour aider les élèves à « accrocher » des contenus à leur mémoire, et ce, encore plus chez les plus jeunes, qui ne maîtrisent pas encore bien l’écrit?

Un exemple d’outil d’apprentissage efficace : Natanne

La chanson est un outil d’apprentissage aux multiples dimensions capable d’interpeller les élèves et de soutenir leurs apprentissages de plusieurs manières. Qu’en est-il lorsque toutes ces dimensions sont rassemblées? Voyons l’exemple de Natanne.

Natanne est le fruit d’une collaboration entre Anderson Araújo-Oliveira (chercheur à l’Université du Québec à Montréal), Nathalie Chagnon et Anne Guilbault (enseignantes au Centre de services scolaire des Trois-Lacs ) de même que Jean-Michel Soudre (musicien). Ceux-ci ont tiré profit des caractéristiques de la chanson pour créer un dispositif didactique innovant permettant aux élèves d’apprendre les savoirs essentiels liés au domaine de l’univers social. Cet outil d’apprentissage prend la forme d’un album de neuf morceaux intitulé Les premiers et s’accompagne de notes pédagogiques, de vidéos et d’autres ressources.

Les chansons de cet album, dont les paroles mettent en évidence l’organisation sociospatiale des grandes sociétés à l’étude en troisième année du primaire, permettent aux élèves de s’approprier efficacement le vocabulaire disciplinaire et les caractéristiques des sociétés algonquienne, iroquoienne et inca vers 1500. Cela favorise, chez les jeunes, la création de nombreux repères historiques et territoriaux, des ancrages culturels qui leur seront très utiles dans d’autres contextes d’apprentissage, tout en les initiant à la culture musicale. Plusieurs autres usages pédagogiques sont envisageables grâce à ce dispositif prometteur.

En conclusion

La chanson est un genre artistique hybride et accessible. Généralement proche de la culture des élèves, elle peut nourrir les échanges et soutenir le plaisir d’apprendre. Elle est une ressource que le médiateur d’éléments de culture peut sortir de son coffre à outils pour mener des projets interdisciplinaires et ancrés culturellement. Au-delà de la classe de français ou de musique, elle laisse sa trace partout où elle passe, au grand plaisir de notre mémoire collective.

* Pour en savoir davantage sur le sujet, lire l’article Effeuiller la chanson : un dispositif multimodal pour former à la lecture-écriture littéraire de Jean-Louis Dufays, publié en 2015.

Mots-clés